Le commerce s’est mis en stand-by durant la crise sanitaire du 2020, une année sombre pour tout le monde, ce qui semble pouvoir s’éclaircir cette année.

Est-ce que les gens de la rue ont peur ?

Oui, bien évidemment, mais il faut bien vivre, et d’une simple logique des choses, les gestes barrières sont si faciles à adopter. À Paris, les commerces revendiquent une ouverture en permanence, pour garder sa performance auprès des clients qui sont encore nombreux à se déplacer dans les magazines pour faire ses courses. Pour l’assurance à propos de la sécurité des visiteurs, le commerçant propose un responsable au portier qui va faire entrer le nombre de personnes idéales pour respecter la distanciation.

Parler de Paris et sa consommation des aliments

Bien que tous les commerces ayant comme siège à Paris, ne soient pas figés dans le domaine alimentaire, Paris présente une forte potentialité en gastronomie, donc la consommation des Parisiens dans ce domaine-là est très propice. Pour bien comprendre cette dégradation du marché commerciale des Parisiens, une analyse s’impose.

D’après la statistique du site CCIParisldF, dont une conférence a eu lieu à Paris le 18 septembre 2019, les équipes de cette organisation ont déjà établi un bilan. Les données chiffrées sont données avec une dépense de consommation des Parisiens uniquement de 46,2 % dans toute la France, et ceci pour une journée de consommation, et là encore, on ne parle pas que d’aliment, mais une dépense au quotidien. 

Le comportement des consommateurs

À Paris, il est constaté que rares sont les grandes surfaces qui s’y sont installées, du coup, les gens vont faire leur course fréquemment, ce qui va conduire à une suite logique de dépense en plus sur les déplacements, etc. Le grand changement observé durant la crise est la baisse de consommation alimentaire des Parisiens, vu qu’aucun restaurant n’est ouvert. En ce moment, la courbe n’arrête pas de descendre, les Parisiens ont diminué leur consommation alimentaire et se penche sur des éléments techniques. 

Paris reste le leader du marché commercial alimentaire dans toute la France, même si Paris a été très touchée par la crise sanitaire.